La FCFA et la SNA signent une entente de collaboration

La présidente de la FCFA, Liane Roy (à gauche) et le président de la SNA, Martin Théberge, signent l’entente de collaboration entre les deux organismes. À droite : la directrice par intérim de la SNA, Émilie Caissie.

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et la Société nationale de l’Acadie sont heureuses d’annoncer qu’elles ont signé une entente de collaboration sur trois ans. Cette entente vise à renforcer les liens entre les deux organismes dans leur travail pour le développement de l’Acadie et de la francophonie et le rayonnement du français.

L’entente touche, sans s’y limiter, quatre thèmes prioritaires sur lesquels la FCFA et la SNA prévoient collaborer plus étroitement, soit :

Le renforcement du continuum de l’immigration francophone (promotion, recrutement, sélection, établissement, intégration, inclusion) ;

Le rapprochement entre le Québec et les communautés francophones et acadiennes ;

La promotion de l’Acadie et de la francophonie canadienne à l’étranger ;

Le développement de mesures positives par les institutions fédérales qui appuieront le développement et la prise en charge des communautés francophones et acadiennes en situation minoritaire.

 

 

Citations

« Cette entente reconnait le rapprochement entre nos deux organismes au cours des dernières années et notre intention de continuer à travailler dans la complicité. Nous sommes engagés pour la même cause, nos deux organisations ont un immense capital d’expertise et nous avons beaucoup à apprendre l’une de l’autre. Ça ne représente que des avantages pour l’Acadie et la francophonie canadienne ».

Liane Roy, présidente, FCFA

« L’entente que nous avons signée avec la FCFA reconnaît le travail effectué par chacun de nos organismes, nommément celui de la SNA en Francophonie internationale et celui de la FCFA en matière de politiques fédérales. Elle renforce notre force de frappe et assure la complémentarité de nos actions »,

Martin Théberge, président, SNA

49e AGA: Un nouveau vice-président, et une fragilité du réseau qui inquiète

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est heureuse d’annoncer que le Franco-Manitobain Ibrahima Diallo a été élu par acclamation à la vice-présidence, samedi, à l’occasion de la 49e Assemblée générale annuelle de l’organisme à Halifax (Nouvelle-Écosse). Il succède à Yves-Gérard Méhou-Loko qui occupait ces fonctions depuis 2022.

Membre du conseil d’administration de la FCFA depuis deux ans, Ibrahima Diallo termine présentement une longue carrière d’enseignant à l’Université de Saint-Boniface. Il a aussi occupé, entre autres, les fonctions de président de la Société de la francophonie manitobaine.

La FCFA accueille également trois nouvelles personnes à son conseil d’administration : Christian Fure (Territoires du Nord-Ouest) a été élu à la trésorerie, tandis que Patrick Ladouceur (Nouvelle-Écosse) et Clotilde Heibing (Nouveau-Brunswick) ont été élus administrateur et administratrice. Nour Enayeh (Colombie-Britannique) a été réélue à un deuxième mandat de deux ans au conseil d’administration.

La Fédération tient à remercier chaleureusement les membres sortants du conseil d’administration, Yves-Gérard Méhou-Loko (vice-président), Mylène Lapierre (trésorière) et Marguerite Tölgyesi (administratrice).

Les membres de la FCFA ont aussi exprimé leur vive inquiétude concernant la fragilité du réseau des organismes francophones au pays. Malgré le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028 annoncé l’an dernier, les sommes investies dans le financement de base de ces organismes ne suffisent pas pour assurer leur viabilité à moyen terme, ni pour répondre aux besoins criants sur le terrain. Les sommes annoncées dans le Plan – 62,5M $ pour l’ensemble des minorités francophones et anglophones – demeurent loin des 300 M $ auxquels la FCFA a chiffré les besoins des organismes francophones, à eux seuls, dans une étude publiée à l’automne 2022.

« Nous demandons au gouvernement d’entreprendre un examen indépendant de l’allocation des fonds fédéraux pour les langues officielles, pour évaluer l’efficacité des programmes et déterminer comment ils pourraient mieux répondre aux défis structurels de nos communautés.   Un tel examen est urgent et il s’arrime aux objectifs de la nouvelle Loi sur les langues officielles en termes de mesures réparatrices pour les torts causés à nos communautés », explique la présidente de la FCFA, Liane Roy.

 

Au sujet des personnes élues au conseil d’administration

  • Originaire du Sénégal et établi au Manitoba depuis 1984, Ibrahima Diallo a été tour a tour professeur titulaire à la Faculté des sciences puis doyen de la Faculté des arts, des sciences, d’administration des affaires et de service social à l’Université de Saint-Boniface. Au fil des ans, il s’est notamment engagé à titre de président de la Société franco-manitobaine, du Conseil de l’immigration au Manitoba et de la Table nationale de concertation communautaire en immigration francophone de la FCFA.
  • Titulaire d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’Université de Moncton, Christian Fure est présentement contrôleur financier de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest. Il a aussi travaillé au Centre d’accueil et d’accompagnement francophone pour immigrants (Nouveau-Brunswick) et à la Société canadienne-française de Prince Albert (Sask.).
  • Originaire de France et de Syrie, Nour Enayeh a immigré au Canada en 2002. En tant que fière Franco-Colombienne, elle s’est investie dans divers organismes francophones, notamment au sein du conseil d’administration de Réseau Femmes C.-B. Elle est actuellement directrice générale de RésoSanté C.-B. et présidente de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne.
  • Fier Franco-Ontarien et professeur adjoint à l’École de Service social de l’Université Laurentienne, Patrick Ladouceur enseigne et réalise des recherches dans le domaine de la justice sociale, des politiques sociales, dela violence conjugale et des violences faites aux femmes. Il est gestionnaire des projets et des politiques en violence conjugale au ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse.
  • Native de France, Clotilde Heibing est détentrice d’une majeure en Marketing et stratégies internationales. Arrivée au Canada en 2016, elle a notamment été responsable de la Stratégie de développement des artistes acadiens sur la scène internationale (SPAASI). Elle est maintenant directrice générale de l’Alliance nationale de l’industrie musicale. Elle réside présentement à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick.

Des lignes d’arrivée, de nouveaux départs : notre rapport annuel 2023-24

La FCFA est fière de vous présenter son rapport annuel 2023-2024, sous la thématique Des lignes d’arrivée et de nouveaux points de départ. Vous y verrez comment la Fédération et ses membres ont franchi des lignes d’arrivée historiques, notamment avec la modernisation de la Loi sur les langues officielles et l’ajout de protections pour le financement des garderies francophones au projet de loi sur les services de garde au Canada. Vous y apprendrez également comment la FCFA a entamé de nouveaux départs, notamment, en matière d’équité, diversité et inclusion (EDI) et d’actions pour favoriser le vivre-ensemble dans une francophonie inclusive.

Lire la version PDF

Voir la version vidéo 

La FCFA réagit à la décision du CRTC d’exiger des contributions des géants du numérique

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille positivement la décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), annoncée hier, d’exiger des entreprises de diffusion en ligne qu’elles versent une part de leurs revenus pour appuyer la production de contenu canadien. La Fédération se réjouit également que le CRTC ne laisse pas les géants du numérique libres de choisir les fonds auxquels verser la contribution.

« Cela fait plusieurs années que des géants comme Netflix et Amazon sont actifs au Canada sans qu’on leur impose des règles ou des obligations. À date, le peu qu’ils ont investi en production francophone, ils l’ont investi dans quelques productions à grand succès au Québec. Le CRTC a compris que si on ne les oblige pas à contribuer à des fonds qui appuient la création et la production francophone de nos communautés, ils ne le feront tout simplement pas », commente la présidente de la FCFA, Liane Roy.

La FCFA a participé activement aux consultations qui ont mené à cette décision du CRTC. Lors des audiences publiques de décembre, elle avait appuyé l’idée d’une contribution de base obligatoire qui se chiffrerait à 5 % des revenus des entreprises de diffusion en ligne et serait versée, entre autres, au Fonds des médias du Canada et Musicaction. Ces derniers comportent des enveloppes bien définies dont bénéficient les artistes et producteurs des communautés francophones et acadiennes.

La Fédération prévoit commenter d’ici le 25 juin les ordonnances proposées par le CRTC pour donner effet à la décision annoncée hier. « Dans ce dossier comme dans tant d’autres, le diable est dans les détails. Nous voudrons revoir le libellé pour s’assurer qu’il corresponde bien aux obligations du CRTC en vertu de la Loi sur la radiodiffusion et de la Loi sur les langues officielles, notamment en ce qui a trait à la protection et à la promotion du français au pays », note Mme Roy.

La FCFA dévoile les récipiendaires des prix Boréal 2024

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est fière d’annoncer qu’elle remettra, ce vendredi, ses prix Boréal 2024 à une personne et deux organisations qui se sont démarquées par leur contribution à l’avancement et au rayonnement de la francophonie canadienne.

Zakary-Georges Gagné est une artiste, auteure, activiste, consultante et professionnelle se spécialisant dans le développement communautaire, la construction de solidarité et la sensibilisation publique. Ayant un héritage franco-québécois et cri, Zakary porte fièrement ses identités autochtones, transféminine et francophone. Elle reçoit le prix Boréal inclusion pour ses efforts pour encourager l’intersectionnalité et l’antiracisme dans divers milieux francophones.

Le Centre de la francophonie des Amériques est un organisme du gouvernement du Québec, qui a pour mission de contribuer à la promotion et à la mise en valeur d’une francophonie porteuse d’avenir pour la langue française dans le contexte de la diversité culturelle. Il reçoit le prix Boréal rapprochement pour ses actions visant à bâtir des ponts entre les communautés et les gens d’expression française au Québec, ailleurs au Canada et dans les Amériques.

La Fédération de la jeunesse canadienne-française reçoit le prix Boréal leadership en reconnaissance de 50 ans d’activités qui ont bénéficié non seulement à la jeunesse, mais également à l’ensemble des communautés francophones et acadiennes. Les initiatives de la FJCF ont créé des impacts importants dans des secteurs comme l’employabilité jeunesse, l’engagement citoyen et le développement du leadership des jeunes.

Les prix Boréal seront remis le vendredi 7 juin à l’occasion d’une réception à Halifax (Nouvelle-Écosse) où se tiendra également la 48e Assemblée générale annuelle de la FCFA le samedi 8 juin.

 

Citation

« Les récipiendaires des prix Boréal 2024 lancent des messages forts sur le genre de francophonie que nous voulons être. Une francophonie qui bâtit des solidarités avec le Québec, mais aussi une francophonie qui s’engage en matière de justice sociale et où l’on élargit nos définitions de ce qui constitue un ‘enjeu francophone’, et enfin une francophonie qui se ressource, se renouvelle et s’appuie sur le leadership présent de la jeunesse ».

 Liane Roy, présidente de la FCFA

Le RDÉE Canada, 23e organisme membre de la FCFA

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada) se joint officiellement cette semaine à la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, devenant le 23e organisme membre de celle-ci.

La FCFA et le RDÉE Canada collaborent déjà depuis plusieurs années au sein du Forum des leaders et à la Table nationale en immigration francophone, deux instances coordonnées par la Fédération. Le Réseau apporte à la table une expertise inestimable sur des enjeux comme l’immigration économique, l’entrepreneuriat, l’employabilité et le développement économique communautaire francophone en situation minoritaire.

« C’est une très grande fierté pour la FCFA d’accueillir RDÉE Canada. C’est aussi un moment historique parce que la Fédération n’a jamais compté autant de membres, et cette représentativité nous aide tous et toutes. Ensemble, on peut aller beaucoup plus loin et faire entendre la voix de la francophonie avec beaucoup plus de force », souligne la présidente de la FCFA, Liane Roy.

« Rejoindre la FCFA en tant que membre officiel est une étape significative pour le RDÉE Canada. Cette adhésion représente non seulement la reconnaissance de notre rôle de leader dans le développement économique et l’employabilité des communautés francophones et acadienne en situation minoritaire, mais aussi notre engagement à travailler en étroite collaboration avec nos partenaires pour renforcer la francophonie canadienne », explique Yan Plante, président-directeur général du RDÉE Canada.

Je m’abonne
aux actualités

de la francophonie canadienne

© 2024 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada — Tous droits réservés

Politique de confidentialité