Rencontres nationales et 49e Assemblée générale annuelle

Les 6, 7 et 8 juin prochains, les leaders des organismes membres de la FCFA de partout au pays convergeront vers Halifax, en Nouvelle-Écosse, pour trois journées de rencontres nationales qui culmineront avec la 49e Assemblée générale annuelle. Voici les points saillants des activités de ce grand rendez-vous.

6 et 7 juin – Table stratégique des membres

La Table stratégique des membres est le forum où l’on discute ensemble des grands dossiers politiques auxquels l’ensemble du réseau de la FCFA doit consacrer ses énergies. Parmi les sujets : les règlements de mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles; le bilan des activités du Service de politiques publiques (SPP) de la FCFA; le renouvellement du plan d’action relié à la Politique du Québec en matière de francophonie canadienne.

 

 


7 juin – Remise des prix Boréal 2024

Depuis 1995, la FCFA décerne chaque année le prix Boréal à une personne, un groupe ou une organisation en reconnaissance d’une contribution exceptionnelle à l’avancement de la francophonie, que ce soit au niveau national, provincial/territorial ou local. Depuis 2021, le prix est remis dans trois catégories : le Boréal inclusion reconnait une contribution pour la promotion d’une francophonie inclusive des diversités, tandis que le Boréal rapprochement récompense une contribution pour la création de liens entre nos communautés et d’autres composantes de la société canadienne, comme le Québec ou les peuples autochtones. Le Boréal leadership reconnait une contribution globale à l’avancement de la francophonie.

 

 


8 juin – Assemblée générale annuelle

La 49e Assemblée générale annuelle de la FCFA aura lieu de 9 h à 12 h (heure de l’Atlantique). Au programme : élections à la vice-présidence, à la trésorerie et à trois postes d’administratrices ou administrateurs au conseil d’administration, dévoilement du rapport annuel 2023-2024, présentation des états financiers et des rapports d’activités.

Déclaration à l’occasion de la Journée de la francophonie provinciale à Terre-Neuve-et-Labrador

La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Liane Roy, a émis la déclaration suivante pour souligner la Journée de la francophonie provinciale à Terre-Neuve-et-Labrador, célébrée aujourd’hui :

« Voilà maintenant 25 ans que le 30 mai a été officiellement proclamé Journée de la francophonie provinciale à Terre-Neuve-et-Labrador, reconnaissant la ténacité et la persévérance d’une communauté fière de symboliser cinq siècles de présence française. Aujourd’hui, une génération plus tard, cette ténacité et cette volonté de s’inscrire dans l’avenir demeurent tout aussi vivantes.

J’ai pu voir cet engagement chez les francophones que j’ai rencontrés lorsque le conseil d’administration de la FCFA s’est réuni au Centre scolaire et communautaire des Grands-Vents l’année dernière, à l’occasion du 50e anniversaire du réseau communautaire francophone provincial. J’ai pu le voir lorsque j’ai participé à l’assemblée générale annuelle de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador à la Péninsule de Port-au-Port.

Cet engagement individuel et collectif, c’est l’épine dorsale de la francophonie canadienne. C’est grâce à lui que nous avançons. C’est pourquoi j’adresse aujourd’hui un message de solidarité et de gratitude à ceux et celles qui font vivre le français à Corner Brook, Saint-Jean de Terre-Neuve, Labrador City ou Cap Saint-Georges. Comme le chante si bien votre nouvel hymne communautaire, ‘Un pas après l’autre, Terre-Neuve-et-Labrador’. La francophonie canadienne vous salue ».

L’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne devient membre de la FCFA

L’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) est devenue officiellement la 22e organisation membre de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. L’adhésion de l’ACUFC a été formellement ratifiée plus tôt ce mois-ci par le conseil d’administration de la FCFA.

Cette adhésion cimente une collaboration déjà étroite entre les deux organismes. Ainsi, l’ACUFC et la FCFA étaient partenaires dans l’organisation des États généraux sur le postsecondaire en contexte francophone minoritaire, en 2021 et 2022. L’ACUFC siège également à la Table nationale en immigration francophone (TNIF) coordonnée par la FCFA. Elle est également membre du Forum des leaders de la FCFA depuis plusieurs années.

« C’est l’aboutissement logique d’une complicité de longue date. La FCFA et l’ACUFC travaillent ensemble non seulement sur la consolidation du postsecondaire en français, mais aussi sur les questions d’immigration francophone et de rapprochement avec le Québec. L’arrivée de l’Association à la table, de façon formelle, est d’une immense valeur pour le travail de la FCFA et l’avancement de la francophonie », souligne la présidente de la Fédération, Liane Roy.

« L’adhésion de l’ACUFC à la FCFA envoie un message fort à l’effet que l’Association s’engage à renforcer ses collaborations avec ses partenaires en vue d’amplifier la contribution du secteur postsecondaire à l’épanouissement des communautés francophones en situation minoritaire », avance Martin Normand, président-directeur général par intérim de l’ACUFC. « Cette présence formelle à la table de la FCFA devient incontournable dans un contexte où la Loi sur les langues officielles rend explicite pour la première fois le rôle du gouvernement fédéral dans l’appui à l’éducation postsecondaire en contexte linguistique minoritaire. »

Loi, 2, 1, action! La FCFA prône des règles du jeu claires pour les institutions fédérales en matière d’appui à la francophonie

Près d’une année s’est écoulée depuis la modernisation de la Loi sur les langues officielles et la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada tient à ce que les institutions fédérales reçoivent des règles du jeu claires pour respecter leurs obligations. C’est pourquoi la FCFA dévoile aujourd’hui Loi, 2, 1, action!, un document où elle présente ses idées pour l’application de la partie VII de la Loi sur les langues officielles. Cette partie concerne l’engagement du gouvernement à appuyer le développement et l’épanouissement des minorités de langue officielle.

« C’est la partie de la Loi qui oblige les institutions fédérales à prendre des mesures positives pour appuyer le développement de nos communautés, en prenant soin de nous consulter. Par le passé, la partie VII a été minée par un manque de clarté, au point où les tribunaux ont dû s’en mêler. Cette fois-ci, il faut bien faire les choses, en définissant des règles claires pour les institutions fédérales », souligne la présidente de la FCFA, Liane Roy.

Dans son mémoire, préparé avec l’appui de la professeure et politologue Stéphanie Chouinard (Collège militaire royal de Kingston), la FCFA met de l’avant 14 principes qui doivent guider l’application de la partie VII, incluant :

  • Le respect d’une approche de développement « par les communautés, pour les communautés »;
  • L’idée que les mesures prises par les institutions fédérales doivent non seulement favoriser le développement de nos communautés, elles ne doivent pas y nuire;
  • L’obligation non seulement pour les institutions fédérales, mais aussi pour les provinces et territoires qui bénéficient de transferts de fonds, de rendre des comptes sur leurs actions pour appuyer le développement des communautés;
  • Un accent sur l’objectif de revitalisation des communautés et de rétablissement de leur poids démographique.
  • Des décisions basées sur des données et des faits objectifs.

« On s’est donné une Loi sur les langues officielles qui doit faire une réelle différence pour la francophonie. La question est à savoir comment on va mesurer le changement produit par les actions du gouvernement. À cet égard, c’est aussi très important de se donner des indicateurs », commente Mme Roy.

Le mémoire Loi, 2, 1, action! a été remis au Secrétariat du Conseil du Trésor vendredi dernier.


Lire le mémoire

Lire le sommaire exécutif

Élections à la FCFA : les candidatures en lice

 

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est heureuse d’annoncer que 14 personnes se sont portées candidates aux postes en élection au conseil d’administration de l’organisme. Outre la vice-présidence et la trésorerie, trois postes d’administrateurs ou administratrices sont à combler. Cliquez ici pour consulter les biographies et textes de motivation des personnes candidates

À la vice-présidence :

Ibrahima Diallo (Winnipeg, Manitoba)

À la trésorerie :

Pascale Joëlle Fortin-Daigle (Moncton, Nouveau-Brunswick)

Christian Fure (Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest)

Clotilde Heibing (Bouctouche, Nouveau-Brunswick)

Aux postes d’administrateurs ou administratrices :

Marie-Joëlle Bergeron (Pokemouche, Nouveau-Brunswick)

Clermont Charland (Sydney, Nouvelle-Écosse)

Kathy Chaumont (Saint-Eugène, Ontario)

Nour Enayeh (Vancouver, Colombie-Britannique)

Christian Fure (Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest)

Clotilde Heibing (Bouctouche, Nouveau-Brunswick)

Patrick Ladouceur (Halifax, Nouvelle-Écosse)

France Lamarche (Alfred, Ontario)

Mélina Leroux (Ottawa, Ontario)

Jean-Marie Nadeau (Moncton, Nouveau-Brunswick)

Robert Suraki Watum (Edmonton, Alberta)

Houda Zrelli (Sudbury, Ontario)

 

Ibrahima Diallo, étant seul candidat à la vice-présidence, est élu par acclamation. Des élections auront lieu pour les autres postes au CA lors de l’Assemblée générale annuelle le 8 juin prochain.

Je m’abonne
aux actualités

de la francophonie canadienne

© 2024 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada — Tous droits réservés

Politique de confidentialité