Une nouvelle directrice au bureau de la FCFA au Québec

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a le plaisir d’annoncer la nomination de Mme Aude Aprahamian à titre de nouvelle directrice de son bureau au Québec. Elle entrera en poste le 8 avril prochain.

Présentement attachée à la francophonie au Bureau du Québec à Toronto, Mme Aprahamian a aussi occupé plusieurs postes au Groupe média TFO, dont celui de cheffe de mission stratégique auprès du chef de la direction. Elle est détentrice, notamment, d’une maîtrise en Administration et Management public de l’Université de Bretagne occidentale (France).

À titre de directrice du bureau de la FCFA au Québec, Mme Aprahamian assumera la responsabilité des relations de la Fédération avec le gouvernement québécois, ainsi que de l’ensemble des initiatives de promotion, de collaboration et de rayonnement auprès de la société civile québécoise.

« Je suis ravie de me joindre à la FCFA et de poursuivre mon engagement envers les communautés francophones et acadienne. Ce mandat est une belle occasion d’œuvrer au rapprochement durable de nos communautés avec le Québec. J’ai hâte de travailler avec l’équipe du bureau au Québec ; je suis convaincue, qu’ensemble, nous allons mettre en œuvre des projets porteurs pour faire valoir la richesse de nos cultures », déclare Mme Aprahamian.

« Nous sommes ravis de pouvoir compter sur l’expertise d’Aude Aprahamian et son riche parcours professionnel. Elle aura pour mandat de solidifier les partenariats entre la société civile québécoise et celle de nos communautés pour favoriser un rapprochement durable entre francophones. Elle travaillera aussi à établir des liens nouveaux avec les ministères clés du gouvernement du Québec pour faire rayonner le français dans l’espace canadien », ajoute le directeur général de la FCFA, Alain Dupuis.

La FCFA tient à remercier le directeur sortant, Michel Morin, qui entame une retraite bien méritée après cinq années au service de la FCFA. Le mandat de M. Morin a été marqué par une croissance remarquable du bureau au Québec et par la tenue du Sommet sur le rapprochement des francophonies. C’est également sous l’impulsion de M. Morin qu’a été créée la marque Francité et l’événement Mobilisation franco, organisé annuellement par la FCFA en collaboration avec le Centre de la francophonie des Amériques.

Benoît Pelletier (1960-2024)

La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Liane Roy, a émis la déclaration suivante pour rendre hommage à l’ancien ministre québécois Benoît Pelletier, décédé samedi à l’âge de 64 ans :

« Benoît Pelletier était constitutionnaliste, fin observateur de l’évolution du Canada et de la francophonie, visionnaire et, surtout, un homme politique qui a apporté une contribution immense au rapprochement entre le Québec et nos communautés au cours de son mandat comme ministre au sein du gouvernement Charest, de 2003 à 2008.

Dès 2004, il déclarait : ‘Qu’on se le dise : le Québec est de retour dans le giron de la francophonie canadienne’. Ces mots, il les a traduits en actions concrètes avec le lancement de la Politique du Québec en matière de francophonie canadienne en 2006, puis avec la création du Centre de la francophonie des Amériques en 2008.

Convaincu de l’importance d’un leadership du Québec en matière de francophonie à la grandeur du pays, Benoît Pelletier a appuyé nos communautés lorsque la question de la réforme du Sénat était devant les tribunaux. Il s’est assuré que la francophonie canadienne avait sa place dans les célébrations du 400e anniversaire de Québec, en 2008. Pour toutes ces raisons, la FCFA était fière de lui décerner le prix Boréal 2011 en reconnaissance de ses actions pour un Québec pleinement engagé au sein de la francophonie.

Benoît Pelletier est parti trop tôt, lui qui avait encore tant à contribuer. Mais sa vision demeure, notamment, dans le livre Une certaine idée du Québec qu’il a publié en 2010.

J’offre mes sincères condoléances aux proches et à la famille de M. Pelletier. Aujourd’hui, la francophonie canadienne est en deuil ».

Programme pilote d’immigration dans les communautés francophones : accueil positif de la FCFA

Ottawa (Ontario), 6 mars 2024 – Jusqu’à sept communautés francophones et acadiennes seront sélectionnées pour accueillir un total de 2 750 immigrants et immigrantes d’expression française par année sous un nouveau programme que lancera Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada à l’automne. La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit de l’annonce faite à cet égard par le ministre Marc Miller ce midi à Sudbury. Pour la FCFA, cette initiative coche deux cases : elle favorise la croissance de la francophonie tout en s’adressant aux pénuries de main-d’œuvre dans nos communautés.

« C’est une des premières retombées concrètes de la nouvelle Politique en matière d’immigration francophone annoncée par le ministère en janvier, et ça démontre le sérieux du gouvernement. D’ailleurs, une des pièces maitresses de cette politique, c’est la création éventuelle d’un programme économique distinct en immigration économique permanent; la mise en place d’un programme pilote sera une rampe de lancement parfaite à cet égard », a déclaré la présidente de la FCFA, Liane Roy.

Les communautés francophones qui feront partie de ce programme pilote seront sélectionnées d’ici l’automne 2024. La FCFA et son réseau sera heureuse de collaborer avec le ministère au cours des prochaines mois pour assurer une mise en œuvre réussie de cette nouvelle initiative.

Financement des garderies en français : une victoire par et pour les francophones

Le financement à long terme des garderies en français en milieu minoritaire est désormais inscrit dans la loi. La Commission nationale des parents francophones (CNPF) et la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada célèbrent l’approbation, hier à la Chambre des communes, de l’amendement à cet effet au projet de loi C-35 sur les services de garde. Cette ligne d’arrivée représente le fruit de plusieurs mois de travail acharné par les deux organismes, incluant l’envoi de plus de 3 600 lettres aux parlementaires par des francophones partout au pays.

«Nous éprouvons aujourd’hui un grand sentiment de fierté. Nous avons travaillé avec force et détermination durant les derniers mois pour assurer à nos communautés le financement juste et équitable aux garderies francophones d’un bout à l’autre du pays » déclare la présidente de la CNPF, Gillian Anderson.

Trop souvent, le financement des garderies de langue française échappe au radar des provinces et des territoires. La nouvelle loi fédérale sur les services de garde, qui recevra maintenant la sanction royale, confirme officiellement l’engagement du gouvernement du Canada à financer ces garderies de langue française. L’adoption de ce projet de loi fera une différence pour des centaines de milliers d’enfants au cours des prochaines décennies. Fréquenter la garderie en français garantira qu’ils continuent par la suite leur scolarité en français.

« Ce résultat, on le doit à des milliers de francophones qui ont reconnu que cette cause était importante et qui ont écrit à leur député ou à leur députée pour leur demander d’appuyer cet amendement. Ça montre encore une fois que les francophones n’hésitent pas à s’affirmer et à s’engager quand c’est leur capacité de vivre en français qui est en jeu », déclare la présidente de la FCFA, Liane Roy.

La CNPF et la FCFA tiennent également à remercier chaleureusement le sénateur René Cormier et tous les parlementaires qui ont su faire preuve de leadership en adoptant le projet de loi.

Déclaration à la suite du décès de Brian Mulroney

L’ancien premier ministre Brian Mulroney (à droite) avec le président de la FCFA Raymond Bisson, 1992

La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Liane Roy, a émis la déclaration suivante en réaction à l’annonce du décès de l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney :

« Pour la FCFA, le nom de Brian Mulroney demeurera toujours rattaché à la Loi sur les langues officielles de 1988, qui a élargi la place faite aux communautés francophones et acadiennes dans la politique linguistique canadienne. C’était un homme qui croyait profondément à la francophonie partout au pays et qui l’a montré en étant disposé à inclure des dispositions en faveur de nos communautés, tant dans l’Accord du Lac Meech que dans celui de Charlottetown.

Peu importe comment l’histoire fera le calcul de son bilan politique, nul ne peut nier que Brian Mulroney a toujours été motivé par un souci d’améliorer le statut du français au pays.

Au nom de la FCFA et en mon nom personnel, je présente mes plus sincères condoléances aux proches de l’ancien premier ministre, incluant sa fille, la ministre des Affaires francophones de l’Ontario Caroline Mulroney ».

La FCFA souligne le début du Mois de l’histoire des Noirs

Ottawa (Ontario),1er février 2024 – « Une francophonie forte et plurielle, c’est une francophonie qui inclut pleinement les personnes noires, qui encourage et faire appel à leur leadership et est solidaire de leurs enjeux spécifiques ». C’est ce qu’a déclaré la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Liane Roy, à l’occasion du début du Mois de l’histoire des Noirs.

La FCFA reconnait l’importance de donner la parole aux personnes noires et s’engage à créer des lieux de rencontre respectueux pour parler de la place à la communauté francophone noire, du racisme et de l’inclusion.

Pour le Mois de l’histoire des Noirs 2024, la FCFA propose un club de lecture consacré à la pièce de théâtre Manman la mer, de Djennie Laguerre. Les francophones qui souhaitent participer à ce club de lecture peuvent se procurer le livre aux éditions Prise de parole et auront l’occasion, notamment, de rencontrer l’autrice lors d’une discussion virtuelle le 27 février prochain.

Pour rendre cette activité accessible, la FCFA achètera quelques exemplaires de l’œuvre pour ceux et celles qui ne peuvent se la procurer.

« Le vivre-ensemble, c’est se donner continuellement la capacité de rêver collectivement en français, dans toute la diversité de nos origines et de nos bagages culturels. C’est pourquoi nous proposons ce club de lecture pour le Mois de l’histoire des Noirs », explique Mme Roy.

Je m’abonne
aux actualités

de la francophonie canadienne

© 2024 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada — Tous droits réservés

Politique de confidentialité