Retour
Prochaine publication
Share

Publications

7 avril 2015

Rien de nouveau sous le soleil pour l’immigration francophone

Les propos du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration devant le Comité permanent des langues officielles des Communes, la semaine dernière, ne changent absolument rien aux vives préoccupations ni aux attentes de la FCFA La Fédération maintient qu’il faut un coup de barre immédiat du gouvernement en matière d’immigration francophone si on veut éviter un désastre démographique pour les communautés.

« Nous avons écouté ce que le ministre Chris Alexander avait à dire au Comité mardi dernier, mais honnêtement, les propos du ministre ne nous ont rien appris. On se questionne toujours sur la vision du ministère et la volonté de mettre en place une stratégie spécifique aux communautés francophones et acadiennes. Selon les propos du ministre, il y a même matière à se demander si on reconnaît qu’un problème existe », a déclaré la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

Il y a deux semaines, la FCFA a dénoncé devant le Comité le fait que depuis plus de 20 ans, le Canada accueille moins de 2 % d’immigrants francophones à l’extérieur du Québec, comparativement à plus de 98 % d’immigrants d’expression anglaise. La présidente de la Fédération a commenté, à cette occasion, qu’on voudrait éliminer la francophonie par attrition qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

« Nous maintenons ce que nous avons dit au Comité. Si on veut des résultats en matière d’immigration francophone, il faut un plan cohérent avec des mesures qui tiennent compte des réalités de nos communautés, et des incitatifs qui fassent en sorte que les employeurs recrutent des immigrants francophones. À ce chapitre, nous sommes toujours en attente », souligne Mme Kenny.

Retour
Prochaine publication
Share

21 JANVIER 2018

Conférence de presse de la FCFA à l’occasion de la rentrée parlementaire à Ottawa

Couldn't connect with Twitter