Retour
Prochaine publication
Share

Publications

1 mars 2018

Revoir les questions du recensement pour mieux dénombrer ceux et celles qui ont droit à l’éducation en français

Les questions linguistiques posées dans le recensement ne permettent pas à l’heure actuelle de déterminer combien de francophones ont droit à l’éducation de langue française en milieu minoritaire. C’est ce qu’a déclaré ce matin la FCFA au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes. La Fédération comparaissait dans le cadre d’une étude sur le dénombrement de ceux et celles qui ont ce droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Présentement, seule la question sur la langue maternelle, posée dans le formulaire court du recensement, permet de déterminer le nombre de personnes qui, en milieu minoritaire, ont droit à l’éducation en française. Or, dans une francophonie en profonde mutation, cette seule question ne permet plus de rejoindre tous les ayants droit.

“Dans mon réseau de connaissance, chez moi au Manitoba, il y a Lassana, un Malien d’origine dont la langue maternelle n’est pas le français mais qui utilise cette langue tous les jours. C’est en français qu’il communique avec sa femme, une Chilienne hispanophone. Leur fille va à l’école de langue française; techniquement, ce sont des ayants droits, même si ni l’un, ni l’autre n’a le français comme langue maternelle”, a souligné la présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier.

La Fédération est d’avis que des questions comme « Dans quelles langues avez-vous reçu votre éducation » et « Dans quelles langues vos parents ont-ils reçu leur éducation » seraient plus utiles. Elles permettraient d’identifier non seulement les individus de langue maternelle non officielle qui ont été éduqués en français, entièrement ou en partie, mais aussi ceux et celles qu’on appelle parfois les « francophones de génération perdue », soit les parents qui ont été éduqués en anglais alors que leurs propres parents avaient, eux, reçu leur éducation en français.

“Dénombrer ces personnes pour leur permettre d’inscrire leurs enfants à l’école de langue française serait conforme à l’objectif corollaire de l’article 23 en termes de réparations, un objectif qui a été reconnu par les tribunaux”, souligne Mme Lanthier.

 

Lire les remarques de la FCFA au comité

Retour
Prochaine publication
Share

21 JANVIER 2018

Conférence de presse de la FCFA à l’occasion de la rentrée parlementaire à Ottawa

FCFA du Canada
@fcfacanada
La petite enfance est un dossier prioritaire pour l'avenir de nos communautés. C'est là que l'enfant commence son c… https://t.co/uDjILINKXM
Jan 21
FCFA du Canada
@fcfacanada
RT @Jean_H_Johnson: Bravo et merci de publier la contribution du Sénateur Pierre De Bané! Il avait raison et les communautés francophones e…
Jan 21
FCFA du Canada
@fcfacanada
La FCFA est très préoccupée. L'annulation des Jeux aurait un impact certain sur le Canada et sa réputation. Si on c… https://t.co/zM1DNvctA3
Jan 17
FCFA du Canada
@fcfacanada
Première d'une série de discussions très importantes sur la montée de l'intolérance et de l'anti-bilinguisme qui au… https://t.co/oFp0QsldZ2
Jan 16
FCFA du Canada
@fcfacanada
Notre déclaration à la suite du remaniement ministériel de ce matin : https://t.co/q5hC6ZpZVB @janephilpotthttps://t.co/2GSnS4fIYF
Jan 14
FCFA du Canada
@fcfacanada
Un grand merci à @melaniejoly pour ce coup de pouce à l'équipe de travail de @universiteON. Un appui du gouvernemen… https://t.co/kXhypsbVRA
Jan 14