Retour
Prochaine publication
Share

Publications

1 mars 2018

Revoir les questions du recensement pour mieux dénombrer ceux et celles qui ont droit à l’éducation en français

Les questions linguistiques posées dans le recensement ne permettent pas à l’heure actuelle de déterminer combien de francophones ont droit à l’éducation de langue française en milieu minoritaire. C’est ce qu’a déclaré ce matin la FCFA au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes. La Fédération comparaissait dans le cadre d’une étude sur le dénombrement de ceux et celles qui ont ce droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Présentement, seule la question sur la langue maternelle, posée dans le formulaire court du recensement, permet de déterminer le nombre de personnes qui, en milieu minoritaire, ont droit à l’éducation en française. Or, dans une francophonie en profonde mutation, cette seule question ne permet plus de rejoindre tous les ayants droit.

« Dans mon réseau de connaissance, chez moi au Manitoba, il y a Lassana, un Malien d’origine dont la langue maternelle n’est pas le français mais qui utilise cette langue tous les jours. C’est en français qu’il communique avec sa femme, une Chilienne hispanophone. Leur fille va à l’école de langue française; techniquement, ce sont des ayants droits, même si ni l’un, ni l’autre n’a le français comme langue maternelle », a souligné la présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier.

La Fédération est d’avis que des questions comme « Dans quelles langues avez-vous reçu votre éducation » et « Dans quelles langues vos parents ont-ils reçu leur éducation » seraient plus utiles. Elles permettraient d’identifier non seulement les individus de langue maternelle non officielle qui ont été éduqués en français, entièrement ou en partie, mais aussi ceux et celles qu’on appelle parfois les « francophones de génération perdue », soit les parents qui ont été éduqués en anglais alors que leurs propres parents avaient, eux, reçu leur éducation en français.

« Dénombrer ces personnes pour leur permettre d’inscrire leurs enfants à l’école de langue française serait conforme à l’objectif corollaire de l’article 23 en termes de réparations, un objectif qui a été reconnu par les tribunaux », souligne Mme Lanthier.

 

Lire les remarques de la FCFA au comité

Retour
Prochaine publication
Share

21 JANVIER 2018

Conférence de presse de la FCFA à l’occasion de la rentrée parlementaire à Ottawa

FCFA du Canada
@fcfacanada
Trois candidatures à la vice-présidence de la FCFA en vue des élections du 9 juin prochain: @francoishastir,… https://t.co/ca2JIg84wm
May 25
FCFA du Canada
@fcfacanada
Félicitations @LuceJulien et au plaisir de collaborer ensemble pour le reflet de la #frcan et #Acadie aux bulletins… https://t.co/YOmwyUYO3x
May 25
FCFA du Canada
@fcfacanada
Il est plus clair que jamais à notre esprit qu'il faut une modernisation de la Loi sur les langues officielles. Le… https://t.co/j1yCVZK8WO
May 24
FCFA du Canada
@fcfacanada
Le sénateur Jean-Robert Gauthier s'est battu pour que la Loi sur les langues officielles soit un chien de garde et… https://t.co/f6qmUmxH54
May 24
FCFA du Canada
@fcfacanada
Après avoir passé 13 ans à expliquer aux institutions fédérales l'obligation de prendre des mesures positives pour… https://t.co/lHo2fgs8OV
May 24
FCFA du Canada
@fcfacanada
Nous sommes choqués et abasourdis du jugement de la Cour fédérale hier. La décision remet en question des principes… https://t.co/VGUXwVmuG6
May 24